canyon le moulin de Roubion

 

 canyon le moulin de roubion

Belle descente de cascades très arrosées, en particulier la cascade de 60m (départ sous une arche naturelle). Equipement conseil général, possibilité de choisir la descente hors d’eau pour chaque cascade (très utile pour les équipes non habituées aux gros débits).
Le grand rappel en sortie de grotte (relais très esthétique), peut être fait soit dans l’actif (ça frappe), soit au sec. Un pilier et une déviation séparent les deux trajectoires.

Escalade

Escalade sportive

L’escalade sportive est apparue en France dans les années 70 et s’est démocratisée au cours des années 80, en particulier grâce à la médiatisation de Patrick Edlinger. En 2013, l’escalade sportive comptait parmi les sept sports de la « short list » du CIO pour intégrer les jeux olympiques de 2020, une escaladepreuve que ce sport, encore très jeune, est en pleine ascension.

L’objectif de l’escalade est d’atteindre le sommet de voies (itinéraires tracés et côtés  dépassant les 4 mètres de hauteurs et nécessitant une corde) ou de blocs (itinéraires tracés et côtés ne dépassant pas les 4 mètres de hauteurs et nécessitant un tapis de réception) en évoluant à main nues et sans aide matérielle (le système d’assurage doit parer la chute ou aider à la redescente, mais pas aider le grimpeur dans son ascension).

Pratiquée en extérieur sur des sites sportifs aménagés (Site Naturel d’Escalade) ou en intérieur sur des murs aux multifacettes (Structure Artificielle d’Escalade dite SAE) équipés de prises modulables et colorées, la version contemporaine de l’escalade se décline sous trois formes: le Bloc, la Difficulté et la Vitesse.

Ces trois disciplines sont pratiquées en loisir ou en compétition jusqu’au plus haut niveau (championnat du monde) et disposent d’un circuit de coupes du monde annuel.

Une activité loisir au cœur de la natureDSCN0896

Evoluant sur tous les types de rocher, le terrain de jeu des grimpeurs est immense et multiple. Il part des blocs de faible hauteur (type Fontainebleau, ne nécessitant pas d’assurage particulier) aux petites falaises de 20m ou aux vertigineuses parois de plusieurs centaines de mètres (se pratiquant encordé, avec tout l’attirail d’assurage), en passant par les structures artificielles d’escalade ou par la haute montagne. L’escalade loisir, souvent orientée sur le retour à la nature, peut néanmoins se pratiquer sur tous les supports.

Escalade : comment débuter ?

L’escalade est souvent considérée comme un sport à risques, mais aujourd’hui, les évolutions des techniques, du matériel, et la sécurisation des sites de pratique en font une activité dans laquelle on évolue en sécurité.

Il est donc impératif de se rapprocher d’un club ou d’un professionnel pour débuter et apprendre les techniques de base de sécurité. Côté matériel, en salle comme en extérieur, le premier achat à effectuer est une paire de chaussons d’escalade*. Le second, si vous comptez ne pas vous limiter au bloc, concernera un baudrier adapté à votre taille*. Cordes*, et matériel d’assurage* (mousquetons, dégaines, assureurs) sont généralement fournis par les clubs. En cas de sortie en falaise, n’oubliez pas de vous munir d’un casque !

Canyoning

IMG_0243

Le canyonisme est un sport de nature qui se pratique dans un  environnement spécifique.

Il consiste à descendre un thalweg pouvant se présenter sous forme de torrents, ruisseaux, rivières, gorges (plus ou moins étroits, profonds);  avec ou sans présence permanente d’eau et pouvant présenter des cascades, des vasques, des biefs et des parties sub-verticales.

Il exige une progression et des franchissements pouvant faire appel indifféremment à la marche en terrain varié, la nage en eaux calmes ou vives, les sauts, les glissades, la désescalade, la descente en rappel et autres techniques d’évolution sur corde.

Cette discipline impose de posséder un matériel adapté, par exemples : vêtements isothermes, descendeur, cordes, harnais, casque de protection (cf. normes de sécurité) et la maîtrise de techniques spécifiques liées à la variabilité du milieu naturel

Le succès de l’activité auprès du grand public est surement lié à son caractère ludique et à son apparente facilité d’accès…

Le CanyonismeIMG_0095

L’activité s’inscrit dans la tribu des sports à sensations… La règle du jeu en canyonisme est simple. Parcourir, le plus souvent de l’amont vers l’aval, des sites dénommés canyons, clues, cascades, défilés, rious, gorges, vallons, rivières, ruisseaux ou combes, en alternant marche, nage, escalade, descente en rappel, sauts et glissades.

  La pratique du canyonisme est cependant exigeante en technique et en équipement. Le milieu dans lequel le sportif évolue s’apparente à un réel « terrain d’aventure en montagne ». Comme pour la totalité des sports de montagne, la maîtrise et l’utilisation d’un matériel spécifique et des techniques de progressions adéquates sont un facteur important de sécurité.

Cette activité, si elle reste certes accessible à tous, ne doit pas faire oublier qu’elle fait évoluer ses pratiquants dans un environnement de montagne où certaines consignes de sécurité ne doivent en aucun cas, être négligées.

Un peu d’histoireIMG_0101

Les premiers explorateurs de canyon apparurent à la fin du XIXème siècle. Au départ, ces aventuriers n’étaient autres que des chasseurs et des pêcheurs téméraires. Pour eux, arpenter ces gorges ne représentait qu’un moyen différent de se rendre vers leur proie.

Armand Jamet fut le précurseur des expéditions de canyon, il descendit en 1893 le canyon de l’Artuby au Verdon. On n’ose imaginer le matériel utilisé à cette époque !

L’exploration des canyons il y a plus d’un siècle, n’étaient en effet, pas une mince affaire. Le matériel précaire, l’histoire et la mythologie n’ont rien fait pour arranger les choses… Les grottes et les rivières souterraines véhiculaient une peur et une appréhension de ces lieux secrets et mystiques. Rares furent les explorateurs qui eurent le courage de s’aventurer dans les méandres des rivières. Inutile de parler de baudriers, de descendeurs, de bloqueurs ou d’autres équipements indispensables aujourd’hui pour la pratique du canyonisme. L’équipement se résumait donc à une corde fruste et à une planche de bois. De leur assemblage était née une balançoire rudimentaire, permettant aux aventuriers une incursion dans le monde des canyons.

Si aujourd’hui le profil du canyon conditionne le mode de progression, il n’en était pas de même il y a encore quelques années. La conquête des canyons fut réalisée avec les moyens du bord… De lourdes échelles de spéléologie, des barques de bois, des bateaux et plus tard des canoës… Alors, chapeau bas pour nos ancêtres.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=RzqJQ1CEf2Y#t=81[/youtube]